Partage des données utilisateurs WhatsApp prolonge les délais

Au cœur des polémiques et des critiques depuis quelques semaines, l’application WhatsApp s’est attiré la foudre des internautes depuis l’annonce du changement de ses conditions d’utilisation. Quelques temps après, elle déclare un délai de trois mois supplémentaires avant l’application des mesures annoncées. C’est aussi une manière pour elle d’apaiser les doutes concernant la sécurisation des données personnelles.

L’entrée en vigueur repoussée jusqu’en mai

La plateforme WhatsApp a pris la décision de prolonger le délai d’application des nouvelles conditions d’utilisation annoncées. L’annonce a été faite dans un article de blog par l’entreprise. Pour rappel, l’entrée en vigueur des changements devait survenir ce 8 février. Elle est maintenant repoussé jusqu’au 15 mai.
Il y a quelques semaines lorsque l’application avait demandé aux utilisateurs de se soumettre aux nouvelles conditions d’utilisation au risque de perdre leurs comptes. Une mesure qui avait été perçue comme une tentative qui permettrait à WhatsApp de dévoiler les données utilisateurs à Facebook.

Donner l’occasion aux annonceurs de vendre sur l’application

Dans son communiqué, l’entreprise a souligné que les nouvelles conditions d’utilisation ne sont pas un moyen de renforcer sa capacité à dévoiler les données utilisateurs à Facebook. En ce sens, elle précise que ces mesures rentrent dans la dynamique d’aider les entreprises à mieux échanger avec les clients via l’application.
Toujours selon elle, l’objectif est de faire en sorte que les annonceurs puissent faire de la vente directe sur WhatsApp. Une chose qui existe déjà dans certains pays comme l’Inde.
Pour sa défense, l’entreprise affirme que la prolongation des délais est aussi un moyen de donner le temps à tout le monde de mieux comprendre les nouvelles conditions d’utilisation. Ainsi, il y aura toujours le chiffrage bout en bout des discussions WhatsApp et Facebook ne pourra pas y accéder d’après l’entreprise.
Enfin, force est de constater que les attaques envers la plateforme de messagerie WhatsApp constituent une bonne occasion pour des acteurs comme Telegram et Signal. Ceux-ci ont d’ailleurs vu leur nombre de téléchargements s’envoler.